Contexte

Au Cameroun, les femmes en âge de procréer (15-49ans) et les enfants de moins de 5ans représentent plus de 40% de la population. La situation socio-sanitaire de la mère et de l’enfant est préoccupante : seules 6 femmes sur 10 bénéficient des 4 consultations prénatales recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé, et seulement 61% des accouchements sont assistés par du personnel qualifié. Entre 2004 et 2011, le taux de mortalité maternelle a même augmenté, passant de 669 à 782 décès pour 100 000 naissances vivantes.

 

 

Au Cameroun, donner la vie se déroule dans des conditions de grandes précarités sanitaire. Agir ainsi dans l'urgence médicale dans laquelle le pays est plongé est une évidence, afin d'améliorer la santé maternelle et infantile impliquant le personnel de santé. La mobilisation de la communauté est de plus en plus reconnue comme un facteur déterminant de l’amélioration de la santé maternelle et infantile. Bien que diverses interventions aient été prises en compte, notamment les récentes contributions du gouvernement camerounais à des améliorations progressives du système de santé dans son ensemble, des problèmes subsistent en matière de santé maternelle, reproductive et infantile. En conséquence, les mères et les enfants continuent de perdre la vie au Cameroun.

Quelques chiffres ... 

  • 800 nouveaux-nés meurent chaque jour

  • 70% de la population vit dans la pauvreté

  • 596 décès pour 100 000 naissances en 2018

  • 6,46% des camerounais sont couverts par un mécanisme de protection sociale en matière de santé, alors que la grande majorité ne bénéficie d'aucun dispositif de protection, et doit continuer de supporter sur fonds propres, les dépenses directes de santé

  • Les femmes en âge de procréer âgées de 15 à 49 ans constituent environ 60% de la population

  • L'indice synthétique de fécondité total est de 4,71 enfants par femme en 2016

  • L'espérance de vie est de 60ans

  • Le gouvernement dépense entre 5,5% et 7% de son budget total par an pour les besoins de chaque camerounais en matière de santé, ce qui est nettement inférieur au 15% recommandé par la déclaration d'Abuja 

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon